Nécrologie : Jacques Mamounoubala, pied gauche dévastateur

0
187
L’ancien international des Diables rouges et champion d’Afrique des clubs avec Cara en 1974, le footballeur Jacques Mamounoubala est décédé le 28 mai à Brazzaville à l’âge de 63 ans des suites de maladie. 
‘’Mamou’’, comme aimait à l’appeler Cicérone Manoulaché, était l’un des plus véloces et percutants du football congolais à son poste.  Gaucher, unijambiste. Sprinteur, ponctuant, généralement, ses courses rageuses par un tir au but adverse ou un centre.

Jacques Mamounoubala a fait ses débuts de footballeur avec l’équipe d’Avenir du rail dans les années 1970 avant de rejoindre Cara en 1974, l’année du sacre de l’équipe rouge et noire en coupe d’Afrique des clubs champions contre Mehalla d’Égypte. « Mamou » en fut l’un des artisans lors de cette campagne victorieuse.

Son fracassant tir du pied gauche laissait, souvent, pantois défenseurs et gardiens de but adverses.  Les aînés se rappellent du raid spectaculaire réalisé dans sa carrière par Jacques Mamounoubala. Ce fut le 21 juillet 1974, au Stade de la Révolution. CARA recevait Vita Club de Kinshasa, constellé de «Mondialistes» revenant d’Allemagne. En huitièmes de finale aller de la Coupe d’Afrique des clubs champions. Après avoir embarqué quatre adversaires, Jacques catapulta le sac de cuir dans la cage, avec autant de facilité et de violence, qu’il avait mis des fourmis dans les gradins. Le ballon se fracassa contre la barre transversale et lécha un des piquets, avant de gémir dans les filets. Ce but, le quatrième du CARA, ouvrit les portes des quarts de finale aux Aiglons, battus au match retour par… 3-0.
Cette année-là, Jacques Mamounoubala devint champion d’Afrique des clubs. Ce souvenir victorieux l’a poursuivi, en devenant une obsession pour lui. C’était seulement sa première année sous le maillot ‘’Rouge et noir’’, en provenance du modeste Avenir du rail, et il apporta le punch qui manquait au secteur offensif des Aiglons, depuis une ou deux participations improductives en Afrique. Il était âgé, à peine, de 21 ans (né le 2 avril 1953, à Brazzaville).

En 1975, le Roumain Cicérone Manoulache à qui la Fécofoot confia les rênes des Diables-Rouges, cumulativement avec ceux du CARA, l’appela plusieurs fois en équipe nationale. A son poste d’ailier gauche de débordement. Maurice Ondjolet fit autant, en le sélectionnant pour la phase finale de la CAN 1978, au Ghana. Il fut l’auteur de l’unique but de la campagne des Diables-Rouges, face à l’Ouganda (1-3), sur une passe de François M’Pelé. Il venait de remplacer Lakou ‘’Abossolo’’. ‘’Mamou’’ garda son poste, pour les deux dernières rencontres, d’abord, contre le Maroc (0-1), ensuite, face à la Tunisie (0-0).

En équipe nationale, Jacques Mamounoubala fut souvent barré par une concurrence farouche à l’aile gauche mais ses apparitions furent loin d’être décevantes comme le 4e but qu’il marque contre le Niger en 1980 lors du match de gala organisé à l’occasion du centenaire de la ville de Brazzaville. Ces dernières années, Jacques Mamounoubala fut affecté par des récurrents ennuis de santé, jusqu’à ce que la mort le fauchât à 63 ans. Adieu Jacques, que la terre te soit légère.En ce garçon aux jambes arquées, qui a mis fin à sa carrière en la saison 1985-1986, se cachait un sympathique footballeur. Nous présentons nos très vives et sincères condoléances à la famille de Jacques Mamounoubala.

Guy Saturnin MAHOUNGOU

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =