NECROLOGIE : GUY ARMAND NKEOUA DIT « Dr NKEOUA »

0
166

Ancien sociétaire de Cara, Inter club et As Police, l’ex-Diable rouge football, Guy Armand Nkeoua dit « Dr Nkeoua », décédé le 7 août à Pointe-Noire, a été inhumé le 21au cimetière privé Ma Campagne de Brazzaville, en présence de sa famille, ses amis, ex-coéquipiers et dirigeants éplorés.

Guy Armand Nkeoua est né le 25 juin 1961, à Brazzaville. Très jeune, il s’illustre au mwana foot avant de se faire remarquer par les dirigeants du Club atlétique renaissance Aiglons (Cara) en 1980. En compagnie de Ngakosso « Tout Bouge », Ngapy, etc.,  ils forment l’ossature de l’équipe de Cara  juniors qui a fière allure à l’époque.

Latéral droit offensif, Guy Armand Nkeoua se révèle au grand public en 1983 en marquant plusieurs buts grâce à son tir foudroyant et son sens tactique.  Adepte du une-deux, par la finesse de son jeu, la spontanéité de ses tirs et son sens de placement, il va s’illustrer comme un joueur hors pair. Très tacticien, ses fans le surnommeront « Dr Nkeoua »  en 1984, année au cours de laquelle il remporte son premier titre de champion du Congo devant Inter club avec comme entraîneur  Madis Madienguila.

International, il va participer à plusieurs campagnes avec les Diables rouges avant qu’il ne se blesse très gravement lors du match Cara-Diables noirs en 1984, match au cours duquel il mit sous l’éteignoir un certain Bakekolo « Kwakara » qui, la veille, avait promis de le réduire en simple infirmier ! Cara avait gagné ce match sur le score d’un but à zéro et le Dr Nkeoua, en dépit de sa blessure, permit à son équipe de conserver son hégémonie sur les noir et jaune.

Après un an d’inactivité due à sa grave blessure, Guy Armand Nkeoua rétabli signe à l’Inter club et participe à l’épopée africaine des sang et or. Reconverti milieu de terrain relayeur aux côtés de Jean-Paul Mongo et Gaylord Bongo, Dr Nkeoua devient un élément important du dispositif de son nouveau club. Les militaires qui terrassent les redoutables Kényans du Gor Mahia en 1988, finalistes de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe un an plus tôt,  sur le score de 4 à 1, et un an plus tard écartent de la compétition les rugueux Nigérians d’Iwuanyawu National d’Oweri.

Spécialiste des balles arrêtées, buteur et polyvalent (il pouvait évoluer à tous les postes de la défense et du milieu de terrain), Dr Nkeoua est sollicité par l’As Police qui prépare la campagne africaine dans les années 2000. Il y participe en y mettant toute sa volonté en dépit de l’élimination des policiers.

Le désintérêt du public et des dirigeants vis-à-vis du championnat national plonge une bonne partie des joueurs dans les oubliettes. Guy Armand Nkeoua n’y échappe pas.  Il arrête le football au milieu des années 2000 non sans avoir un brin de regret de ne pas avoir tenté sa chance en Occident pendant qu’il avait les moyens et les aptitudes.

Employé dans une société aérienne à l’aéroport Antonio-Agostinho-Neto de Pointe-Noire, Guy Armand Nkeoua décède le 7 août à la suite d’un accident cardio vasculaire. Il laisse une veuve et six enfants.  Adieu Dr Nkeoua.

Hervé Brice Mampouya

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
15 + 11 =