INTERVIEW DE ROMARIC ETOU

0
71

Depuis quelques semaines, certains joueurs congolais de la diaspora et les binationaux ont repris les entrainements ou les différentes compétitions nationales et internationales avec leurs clubs respectifs. C’est le cas du défenseur congolais Romaric Etou, ancien qui a récemment signé avec Sektzia Nes Tziona (D1 Israël).Dans l’entretien qu’il a accordé à la rédaction de Brazzafoot, l’international congolais est revenu sur ses débuts et sa carrière en club et en équipe nationale.

BRAZZAFOOT : SALUT ROMARIC! PRESENTEZ-VOUS AU PUBLIC SPORTIF CONGOLAIS. 

Romaric Etou : Salut,  je suis Romaric Etou, défenseur et international congolais évoluant en première division du championnat d’Israël.

BF : OU AVEZ-VOUS FAIT VOS DEBUTS AU FOOT ?

R.E : J’ai débuté le foot dans les rues de Pointe-Noire comme tout enfant passionné de football.

BF : VOUS SOUVENEZ-VOUS DE VOTRE PREMIER MATCH PARMI L’ELITE ?

R.E : Je garde  beaucoup de souvenirs mais je vais commencer par ce qui m’a marqué en premier. Le derby Diables Noirs – Étoile du Congo. A l’époque, je jouais pour les Diables Noirs et c’était pour la première fois que je ressentais autant de pression.

BF : REVENONS A VOTRE PARCOURS.

R.E : Comme je disais j’ai commencé dans les rues de Pointe-Noire, j’ai intégré mon premier club (T.P Caïman) sur les conseils et la pression des amis. A un moment de ma vie, j’ai hésité entre le football et le tennis. Puis, j’ai opté pour le football. Ce choix judicieux m’a ouvert les portes du Centre National de formation de football (C.N.F.F) que j’ai rejoint en fin 2008. J’ai brillé dans les différentes catégories de jeunes ce qui m’a valu, la participation à la CAN u17 en 2011, la Coupe du monde u17, les éliminatoires de la CAN u20, les Jeux de la Francophonie en 2013 et les jeux africains en 2015.

En club, c’est avec les Diables Noirs que j’ai disputé deux (2) finales de coupe du Congo et la coupe de la confédération au niveau continental. Aujourd’hui j’évolue avec l’équipe nationale Sénior A.

  1. BF. C’EST VRAIMENT UN EXCELLENT PARCOURS. DITES-NOUS QUI EST VOTRE MODELE OU IDOLE?

R.E : Je n’ai pas vraiment d’doles mais je m’inspire beaucoup des stars de renommée internationale à l’instar de Dany Alves, Serge Aurier, ou Marcelo pour ne citer que ceux-là.

BF : POURQUOI AVOIR CHOISIS LE  POSTE DE DEFENSEUR?

R.E : J’ai commencé comme milieu du terrain mais à mon arrivée au Centre Nationale de Formation de Football, le coach Eddie Hudansky m’a changé de poste. J’avoue que je n’étais pas du tout content mais il a eu une franche discussion avec moi dans son bureau. De cet entretien, je retiens ces paroles qui raisonnent encore à mes oreilles : « si tu veux faire carrière dans le football, donne-toi corps et âme à ce poste et tu auras de l’avance sur les autres parce que tu es capable de jouer des deux (2) côtés ». Depuis ce jour, j’ai revu mes priorités et je me suis donné entièrement à mon métier. Je profite de cette interview pour lui réitérer mes sincères remerciements.

BF : PARLEZ-NOUS DE VOTRE PREMIERE EN EQUIPE NATIONALE A. L’INTEGRATION A-T-ELLE ETE FACILE ?

R.E : Waouh, ma première sélection date de 2012. J’étais sous les ordres  du sélectionneur Kamel Djabour, c’était lors d’un match amical (journée FIFA) qui s’était déroulé au Maroc. L’intégration était plus facile pour moi parce que je côtoyais déjà mes ainés depuis le quartier. Je pense à Destin Makita Papou, Mouko Barel et Djimbi Landry. De plus, le Capitaine à l’époque Oscar Ewolo m’a fait bon accueil.

BF : QUEL EVENEMENT VOUS A LE PLUS MARQUE, JUSQUE-LA,  DANS VOTRE CARRIERE DE JOUEUR ?

R.E : Sans aucun doute, la réception de l’équipe nationale par le Président de la République après la victoire du Tournoi de football des jeux de la Francophonie 2013. C’était un double honneur pour nous : remporté la médaille d’or et recevoir les honneurs de la nation au plus haut niveau. La cérémonie était fantastique et mémorable. Je dirais même inoubliable.

BF : QUEL ENTRAINEUR OU ENCADREUR VOUS A LE PLUS MARQUE DURANT VOTRE PARCOURS ?

R.E : C’est le coach Eddie Hudansky de CNFF en premier pour m’avoir tracé la voie à suivre. Au-delà de son encadrement technique, il a aussi façonné l’homme que je suis aujourd’hui. En second lieu, Je n’oublie pas le coach Sébastien Migné qui m’a rappelé chez les A en me faisant confiance.

BF : IL Y’A QUELQUES JOURS, LA CAF  A PROCEDE AU TIRAGE AU SORT DES GROUPES DES ELIMINATOIRES DE LA CAN 2021 ET LE CONGO SE TROUVE LOGE  DANS LE GROUPE I EN COMPAGNIE DU SENEGAL, DU SWAZILAND ET DE LA GUINEE BISSAU. QUELLES SONT SES CHANCES DE QUALIFICATION?

R.E : J’ai suivi le tirage avec beaucoup d’attention. Ce n’est pas un groupe assez difficile, je me dis que la qualification est possible.

BF : UN CONSEIL A L’ENDROIT DES JEUNES QUI SUIVENT VOS TRACES ?

R.E : La persévérance et le travail finissent toujours par payer. Avec la Foi, on n’échoue jamais. Rien n’est facile, tout s’obtient au bout de l’effort et de la discipline.

BF : VOS AMBITIONS OU PROJETS EN CLUB ET EN EQUIPE NATIONALE ?

R.E : Faire une bonne saison avec mon club Sektzia Nes Tziona (D1 Israël) car c’est un challenge pour moi. Présentement nous sommes en Bulgarie où nous disputeront une série de trois matches amicaux, en attendant le début du championnat prévu pour le mois d’août. De l’autre côté, je veux aider mon pays à se qualifier à la CAN 2021.

BF : C’ETAIT UN PLAISIR POUR NOUS DE PASSER CET ENTRETIEN.  UN DERNIER MOT ?

R.E : Le plaisir est partagé. Je remercie Brazzafoot et vous encourage dans cette noble mission de communication. Pour terminer, j’adresse toute mon admiration au peuple congolais en général et au public sportif en particulier. Continuer à soutenir l’équipe nationale nous allons nous battre pour vous redonner le sourire des grandes victoires.

 

Propos recueillis le 20 juillet 2019 par Parrys OSSOU et Ben’K-AUBINSON (Brazzafoot)

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
23 + 24 =