Interview de Rochel KIVOURI

0
81

La seule évocation de son nom rappelle des grands souvenirs aux férus du football qui ont connu l’époque où Rochel KIVOURI excellait et pétillait de forme tant en club qu’en équipe nationale. Après un petit passage à vide, il connait actuellement une renaissance au sein de l’Etoile du Congo. Congo Sport l’a rencontré autour d’un entretien exclusif. Il parle des bons et mauvais souvenir qu’il a connu dans ce qu’il convient t’appeler « sa passion », le football. Il nous dit également comment il compte se relancer.

QUEL EST LE BILAN DE TA SAISON AVEC TON CLUB JUSQU’A LA 22E JOURNEE OU LE CHAMPIONNAT A ETE ARRETE POUR CAUSE DE COVID 19 ?

J’ai eu une saison régulière avec Etoile, nonobstant l’arrêt du championnat à la 22e journée. Mon bilan personnel est globalement positif. J’ai été titulaire pour ‘ 4 buts et 2 passes décisives. Je me suis bien senti et très à l’aise avec le groupe et l’encadrement technique.

DANS QUEL CLUB AS-TU DEBUTER TA CARRIERE DE FOOTBALLEURS ET OU ES-TU PASSE PAR LA SUITE ?

J’ai découvert le football au mwana-foot dans une équipe nommée Lotto sport. Après j’ai décidé d’aller dans une grande équipe de ligue nationale. C’est ainsi que j’ai intégré club 57 puis saint Michel de Ouénzé avant de faire un tour au Gabon où j’ai passé une saison. A mon retour au pays, j’ai rejoint diables noirs puis je suis parti pour Dolisie où j’ai évolué avec l’AC Léopards pendant beaucoup d’années. Je suis revenu par la suite chez les diables noirs avant d’atterrir à Etoile du Congo où je m’épanoui actuellement.

CES DERNIERES ANNEES, TES PRESTATIONS NE SONT PLUS A LA HAUTEUR DES ATTENTES DU PUBLIC. QUE SE PASSE-T-IL ?

Vous avez raison et j’en suis conscient. J’ai trop accumulé trop de blessures, c’est ce qui justifie mes contre-performances de ces dernières années ; Mais cette saison, j’ai essayé de monter en puissance avec Etoile du Congo et je pense que c’est un bon signe pour la suite. Ce n’est peut-être pas mon meilleur niveau, mais je promets de redoubler d’efforts pour faire plaisir à ce public qui m’a connu à la belle époque. C’est difficile mais pas impossible.

A QUAND REMONTE TA DERNIERE SELECTION EN EQUIPE NATIONALE ?

Elle date de 10 ans. C’était en 2010 avec l’équipe nationale des locaux qui a remporté la coupe de la CEMAC, ici à Brazzaville. J’ai été buteur à deux reprises lors de ce tournoi. Je regrette souvent le fait de ne pas avoir été convoqué avec l’équipe A. mais j’ai tout de même disputé beaucoup de matchs avec les séniors locaux. A l’époque, j’avais pour coéquipiers Makita Papou, Kolo Lorry « Pouloulou », Bomasi, Kevin Andzouana « Mbila », Rochel Ossere, Yann Nkombo, Ulrich Kapolongo, Harris Tchillimbou et bien d’autres que j’oublie forcement avec le temps.

QUELS JOUEURS CONSIDERES-TU COMME MODELES AU CONGO ET A L’ETRANGER ?

Au Congo, quand j’ai commencé à m’intéresser au foot, je me suis inspiré de trois (3) attaquants : un certain Saturnin « Satus », Willy Endzanga et Ulrich Lepaye. A l’étranger, j’étais très admiratif du Camerounais Samuel Eto’o qui a fait bouger le monde entier par ses brillantes prestations dans les différents clubs où il est passé.

FAITES-NOUS UN RAPPEL DE VOTRE PALMARES A CE JOUR ?

J’ai gagné pas mal de coupes. Une coupe du Congo avec Club 57 (2008) et un championnat national avec Saint-Michel de Ouénzé (2010). Avec Diables Noirs, j’ai remporté le championnat (2011) et la coupe du Congo (2018). C’est avec l’AC Léopards que j’ai réalisé l’essentiel de mon palmarès avec une coupe de la Confédération CAF (2012) et une finale de super coupe d’Afrique au niveau international. Sans compter les trophées locaux, championnats et coupes du Congo. Tout récemment avec Etoile du Congo, j’ai remporté la Super-coupe du Congo à Owando face à l’AS Otohô, le champion national. C’est d’ailleurs l’équipe qui m’a beaucoup marqué.

QUEL EST LE PLUS MAUVAIS SOUVENIR DE TA CARRIERE ?

C’est vrai que ma carrière est en cours, mais je garde un triste souvenir de la blessure qui m’a éloigné des terrains pendant près d’un an et demi. J’ai été très affecté par ce drame. C’était un vrai recul par rapport au niveau que j’avais déjà atteint. Heureusement pour moi, avec le temps de jeu assez conséquent à l’Etoile du Congo, j’ai pu retrouver mes marques et petit à petit je reprends confiance grâce au soutien des coachs. Bientôt ce sera un lointain souvenir.

QUELS ENTRAINEURS ONT RETENUS VOTRE ATTENTION DURANT VOTRE PARCOURS ?

Dans ma carrière, quatre (3) entraineurs m’ont vraiment marqué. Il s’agit de Jean Eloi Mankou qui par sa rigueur m’a façonné le mental dès mes débuts au Club 57 et foncièrement modifié mon style de jeu. Ensuite, Eddy Hudansky que je considère comme mon père. Au CNFF (Centre National de Formation de Football) où j’étais avec lui, j’ai beaucoup appris auprès de lui, surtout les aspects techniques. Il y a aussi le coach Massamba Lake qui à l’époque où j’étais à Saint-Michel qui a beaucoup contribuer à ma réussite. Enfin le coach Cédric Nanitelamio « Nanit » qui est l’un des rares entraineurs qui est très proche des joueurs. Il se soucie beaucoup des joueurs, les encourage et les réconforte.

QUELS SONT VOS PROJETS D’AVENIR ?

Je souhaite vraiment terminer ma carrière à l’étranger, si Dieu fait grâce. Au terme de ma carrière j’aimerai rester dans le monde du football en étant soit agent de joueur soit entraineur ou encore président de club, selon les opportunités qui peuvent se présenter. Le football représente tout pour moi. Qu’est-ce que je ferai sans le foot ? Je ne sais pas. C’est ainsi que je ne souhaite pas du tout m’éloigner.

VOTRE MOT DE LA FIN

Je l’adresse à Congo Sport. Mention spéciale au Manager et à toute son équipe pour cette volonté manifeste d’aider les sportifs en général et les footballeurs congolais en particulier à se faire connaitre. J’encourage les sportifs congolais d’ici et de la diaspora à soutenir ce projet en aidant Congo Sport chacun selon ses possibilités pour que cette belle initiative de « portraits et d’interviews » ne s’arrête pas. C’est pour notre intérêt à tous. Je vous remercie infiniment !

Propos recueillis par Ben’K-AUBINSON

© Congo Sport, avril 2020
Agence de communication numérique de d’événementiel spécialisée dans l’actualité et les archives du sport congolais.
WhatsApp : 05 350 44 86 // Appels et SMS : 06 665 84 51

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
17 × 3 =