Delvin Ndinga : « La concurrence pousse les joueurs en place à se remettre en question »

0
237
Delvin Ndinga of Congo during the 2015 Africa Cup of Nations South Africa football match between Congo and Burkina Faso at the Ebibeyin Staium in Ebibeyin, Equatorial Guinea on 25 January 2015 ©Barry Aldworth/BackpagePix

 

A l’issue de l’ultime séance d’entraînement de ce stage de Lisses, Delvin Ndinga, l’un des deux capitaines de la sélection congolaise, a donné son sentiment sur la semaine écoulée. Et espère que l’ouverture de la concurrence dans le groupe se poursuivra.

Les Dépêches de Brazzaville : Delvin, le stage s’est achevé ce samedi. Quel bilan tires-tu de ces 8 jours ?

Delvin Ndinga : Le bilan est bon, car on termine le stage sans blessure, à une période de l’année où les corps sont fatigués. Ça prouve que ce stage a été bien programmé et étudié. Maintenant, le plus dur reste à venir : les derniers jours d’entraînement et bien sûr le match. Il faudra qu’on le fasse en conservant la motivation et le sérieux qui ont prévalu depuis le début de la préparation.

LDB : Cette semaine, on a vu, aux entraînements, des jeunes, qui évoluent parfois en CFA, être tirés vers le haut par les joueurs pros. C’est positif pour la suite ?

D.N : On sait qu’on travaille sur deux tableaux : il y a l’échéance proche, ce match du 10 juin. Mais aussi de préparer la relève pour les années suivantes. Il y aura les matchs qualificatifs du Mondial 2018 qui permettront de travailler ces deux chantiers. Ce groupe a vraiment bien vécu cette semaine et ça va être dur demain (ndlr : ce dimanche matin) quand le coach va donner sa liste, car certains rentreront à la maison. J’aurais aimé qu’on y aille tous, mais c’est la loi du foot. En plus, les listes des matchs de la CAF sont réduites de 23 à 18 joueurs…

LDB : Prince Oniangué, Fodé Doré, Francis N’Ganga et toi, vous êtes les plus anciens et les premiers concernés par la concurrence émergente. On a l’impression que c’est ce qui a souvent manqué au Congo et que pour vous, c’est bénéfique.

D.N : C’est la loi de toutes les équipes et ça nous a parfois manqué, oui. La concurrence pousse les joueurs en place à se remettre en question, à progresser et elle tire les jeunes vers le haut. Tout le monde sera gagnant en continuant sur cette lancée. Et quel que soit le résultat du 10 juin : les qualifications durent six matchs. Ça sera le premier, il en restera cinq.

 

Camille Delourme

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
22 − 10 =