Coupe du monde de football U17/ Mexique 2011 : Le Congo frôle l’exploit !

0
93
Faisal Ali of Libya battles with Moise Nkounkou of Congo during the 2014 CAF African Nations Championships football match between Congo and Libya at Peter Mokaba Stadium in Polokwane, on the 21 January 2014 ©Muzi Ntombela/BackpagePix

Les Diables-Rouges cadets n’ont pas fait sauter le verrou de la porte des quarts de finale. Ils ont été éliminés, mercredi 29 juin 2011, en huitièmes de finale, par l’Uruguay: 1-2. Au terme d’un match au cours duquel ils ont, pourtant, eu le meilleur pourcentage de possession du ballon.

Ce match Congo-Uruguay aura laissé un goût étrange, mélange de passion, d’enthousiasme et d’amertume. Jamais sélection congolaise des catégories des jeunes ne se sera approchée de si près des quarts de finale d’une Coupe du monde, puisque les Diables-Rouges cadets ont mené 1-0, but de Hardys Binguila (53e), jusqu’à moins d’une demi-heure de la fin de la partie. Après l’égalisation de Maximiliano Moreira (65e), c’était le suspense d’un impitoyable combat marqué, malheureusement, par le but marqué contre son camp par le défenseur congolais Romaric Etou (87e). Et, finalement, l’Uruguay a soufflé la place aux protégés d’Eddie Hudanski. Le Congo a frôlé l’exploit…

Le Congo éliminé! On n’en fera pas, certainement, une montagne de regrets. En tout cas, ni quolibets, ni trop de regrets. Applaudis, souvent, par le public mexicain, les Diables-Rouges cadets ont fait une forte impression. Ils ont administré aux détracteurs du football congolais que celui-ci mérite mieux que les coups de pieds aux fesses que reçoivent leurs aînés de seniors. Leur élimination, on ne peut plus glorieuse, déclenchera-t-elle, maintenant, une prise de conscience à tous les niveaux? Il faut sortir le football congolais des sentiers battus, de l’amateurisme et d’autres vices, comme les improvisations, si l’on voudrait qu’il rivalise, à arme égale, avec les meilleurs. Mexique 2011 a, en effet, révélé que le Congo regorge encore de beaucoup de talents. Ils sont, tout simplement, cachés. Il suffit, donc, de les détecter, partout, dans toutes les ligues et sous-ligues, et leur assurer un bon encadrement. Et puis, les dirigeants qui se vautrent dans l’insouciance doivent se ressaisir.

Bravo, les cadets! Grâce à vous, on peut affirmer que le football congolais n’est pas totalement mort. En attendant, la Coupe du monde des moins de 17 ans se poursuit. Brésilens, Ouzbeks et Japonnais sont passés comme l’Uruguay.

Guy-Saturnin MAHOUNGOU

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =