CHAMPIONNAT NATIONAL:ETOILE DU CONGO ACCOMPAGNERA AS OTOHO SUR LA SCENE AFRICAINE POUR REPRESENTER LE CONGO EN 2020.

0
91

Le football, décidément, est un jeu imprévisible. Qui pouvait imaginer qu’une équipe classée seulement quatrième  à la fin de la phase aller avec beaucoup de problèmes de gestion à la tête, allait s’engager si résolument dans la course pour la place de dauphin de l’As Otohô en fin de championnat. C’est, pourtant, le cas de l’Etoile du Congo qui, tutoie avec une certaine arrogance ces concurrents directs de la phase aller à savoir Diables-Noirs, Cara et V. Club Mokanda.

La phase retour du championnat national ligue 1 tend vers sa fin. Le champion est bien sûr déjà connu puisqu’il s’agit de l’As Otohô. Mais il restait à désigner les équipes qui doivent faire le voyage de l’enfer et celle qui va occuper la deuxième place qualificative à la prochaine coupe de la CAF. Il reste encore quelques matches à disputer et, mais on est sûr de la qualification de l’Etoile du Congo en coupe de la confédération pour la saison 2019-2010. Grace à sa victoire 1-0 face au CARA, Etoile du Congo a mis fin au suspense qui a duré pendant quelques journée pour la deuxième place qualificative. Avec quatre points d’avance sur leurs principaux rivaux de Diables-Noirs, les stelliens ont tenus solidement le bon bout.

V.Club Mokanda qui, pendant la phase-aller, a énormément bénéficié des largesses du calendrier avec près d’une dizaine de rencontres à la maison. N’a pu s’imposer lors  ses nombreux déplacements à la phase-retour. Ce qui justifie l’adage qui dit  que les équipes congolaises ne savent pas voyager.

ETOILE DU CONGO A VAINCU SES VIEUX DEMONS DE LA DIVISION

Depuis quelques bonnes années, Etoile du Congo est en crise de dirigeants. Tout le monde ou presque hésite à prendre en charge cette équipe dont les belles années sont déjà passées. Et les supporters, pendant ces temps de vaches maigres, ont pris le pli de rendre très mal à l’aise tous ceux des bénévoles qui prenaient le risque de vouloir tenter de remettre le superbe train d’autrefois sur les rails. Habitués à gagner par le passé, les supporters avaient du mal à s’accommoder avec la traversée du désert. D’où leur incivisme face à l’échec.

Car la crise qui s’était enracinée profondément entre-temps était surtout due à l’insuffisance de performances même si cela a débouché sur l’histoire de vente d’espace. Le clan Ndinga s’est ouvertement affronté avec celui d’Emilienne Charlotte Lekoundzou. Mais depuis que le général Emmanuel Ngouelondelé-Mongo a pris les choses en mains, la crise semble désormais loin derrière.

L’équipe de football a repris à gagner et à apporter la joie dans les milieux stelliens. Ngouma est de retour, c’est certain même si les conditions sont loin d’être celles souhaitées. Nanitelamio «Nanith » et Nianga sont parvenus à imposer un football qui est probablement le meilleur de la ligue 1. Il y a un fond, une excellente circulation du ballon, des beaux mouvements d’ensemble, beaucoup de complicité et d’harmonie. Cette Etoile-là joue et gagne, c’est tout à l’honneur de ses dirigeants qui ont fait preuve d’inspiration et de sacrifices.

La rivalité Diables Noirs-Etoile du Congo n’est donc pas sans rappeler le bon vieux temps où le stade était toujours plein à ras-bord. Car, à l’époque, elles passaient pour les plus populaires et mettaient toujours le pays sens dessous-dessus.

Toutefois, on est un peu surpris et déçu du comportement de l’équipe des Diables-Noirs que l’on attendait plus saignante, plus autoritaire et plus performante. Elle, qui a retrouvé son « messie » en la personne du général Jean François Ndenguet, on la voyait plus ravageuse et broyeuse. Mais rien n’est perdu pour les Diablotins qui doivent se préparer pour la coupe du Congo 2019, qualificative à la coupe de la confédération 2020-2021.

Une fin de championnat catastrophique pour La Mancha et Patronage

Aujourd’hui, le vrai championnat est plutôt en bas du classement. Il s’agit, pour toutes les équipes concernées, d’éviter à tout prix de descendre dans la catégorie inférieure. Car, une fois là-bas, il n’est pas toujours certain de revenir.

La menace pèse sur La Mancha et Patronage Sainte Anne. La Mancha tisse plutôt du mauvais coton et sa survie est plus que jamais à l’ordre du jour. En revanche, l’équipe de Patronage Sainte Anne ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Il lui a manqué suffisamment de concentration, de sacrifices et, bien sûr, de travail.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
12 − 10 =