Célébration : Djo Pambou fête ses 40 ans devant le micro à Pointe-Noire

0
169

Les auditeurs de Radio Congo, notamment ceux de plus de 40 ans, se souviendront toujours de sa belle voix et de sa célèbre émission « Samedi na Brazza » qui n’a jamais disparu de la grille des programmes de cette chaîne nationale et dont il est le créateur.

Djo Pambou, désormais admis à la retraite, fête le 29 juillet à Pointe-Noire, ses 40 ans devant le micro. C’est la preuve que depuis son départ à la retraite, il n’a jamais rompu avec son second métier. Ce chroniqueur culturel et sportif comptait parmi les voix les plus essentielles de « Radio Congo ». Celui qui a marqué la radio de son empreinte avant d’être admis à la retraite a su rebondir à Pointe-Noire où il continue à animer les émissions musicales ou culturelles à « MCRTV-Ponton FM ». Sa passion qui date, en effet, de 40 ans.

Au cours de la célébration, il a retenu des activités sportives et culturelles, deux domaines qui lui ont permis de s’imposer très vite comme l’un des meilleurs animateurs de l’époque. La célébration des 40 ans devant le micro débutera à 10 h, au Complexe sportif de Pointe-Noire, par un match de gala qui mettra aux prises l’équipe de l’Amunof aux anciens de V club Mokanda. « Je fais partie des vieilles gloires. L’Amunof, ce sont les anciens joueurs de l’Etoile du Congo, Diables noirs, Cara, Patronage… C’est pratiquement une bonne sélection et les vieilles gloires de V club Mokanda. J’ai préféré choisir la vieille époque. C’est une bonne chose de se retrouver avant le concert du soir », a expliqué Djo Pambou, venu à Brazzaville pour finaliser les préparatifs.

L’organisateur ne perd pas de vue sa première passion : la musique.  Il clôturera sa célébration le soir par  le concert des Makanda de Pointe-Noire,  les Bantous de la capitale et des Tchivoumba, au Mess mixte de garnison. Expliquant le choix de ces orchestres, il a déclaré: «  Les Bantous de la capitale, c’est parce que j’ai beaucoup fait pour la musique congolaise. J’ai été  cité parmi les présidents de  cet orchestre. Quant au groupe Les  Makanda, il s’agit d’un orchestre qui ne joue que les vieilleries à Pointe-Noire que j’ai beaucoup aidé dans mes émissions.  Les Tchivoumba, par contre, sont un groupe tradi- moderne ».  Dans un premier temps, Djo Pambou avait voulu placer la célébration de ses 40 ans de micro sous le patronage du vice-Premier ministre. Mais pour des raisons de calendrier, Firmin Ayessa ne sera pas présent, a-t-il regretté. « La manifestation était sous le patronage du vice –Premier ministre, Firmin Ayessa. C’était mon chef de programmes à l’époque, directeur de la radio quand j’ai commencé.  Voilà pourquoi j’avais  pensé à lui », a-t-il indiqué.

En dehors donc du vice-Premier ministre, d’autres invités de marque sont attendus : le colonel Rémy Ayayos Ikounga qu’il a côtoyé dans l’AC Léopards; l’ancien directeur de « Radio Congo, » Pascal Mongo Slim; le chroniqueur culturel et sportif, Ghislain Joseph Gabio;  et bien d’autres.  «Les 40 ans devant le micro, ça se fête », a rappelé Djo Pambou. «Je demande le soutien des autorités car  fêter, ce n’est pas facile avec la conjoncture actuelle. Aidez moi pendant que je suis encore vivant,  parce que  quand je partirai, tout ce qui pourra être fait après moi sera nul, je ne verrai rien du tout.  Les louanges après ma mort ne serviront à rien », a souligné celui, qui dans sa carrière de journaliste, n’a reçu aucune distinction.

Reconversion professionnelle réussie

Djo Pambou est un militaire de formation (béret rouge) qui a évolué à la base militaire. « Après la base, je me suis intéressé au micro par l’intermédiaire de quelqu’un que j’adorais beaucoup, Jean Bruno. Quand je l’écoutais, je me disais pourquoi ne pas faire comme lui un jour », a-til témoigné.  Il fait ses débuts au micro dans l’émission des Forces armées congolaises de l’époque, « Combattant rouge », animée par un autre militaire, le défunt Georges Embana. Il est ensuite détaché au ministère de l’Information avant d’intégrer « Radio Congo » où il  crée la grande émission « Samedi na Brazza » avant d’être invité par Germain Bisset à rejoindre le service des Sports. « C’est plutôt Germain Bisset qui a demandé que je vienne aux sports, parce qu’au niveau de l’armée, j’animais la rubrique sportive de  »Combattant rouge » », s’est-il souvenu. Au service des Sports, les auditeurs de « Radio Congo » se rappellent que jusqu’ à sa retraite, outre l’animation de « Samedi na Brazza », il retransmettait en direct les matches de football et d’autres disciplines telles le handball en langue kituba.

 

 

James Golden Eloué

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =