BILAN DES CONGOLAIS DE LA DIASPORA EN 2017 :

0
88

Six Congolais ont évolué en Belgique cette saison. Voici leur bilan individuel.

Belgique/1re division (Marvin Baudry/Francis N’Ganga/Silvère Ganvoula)

À 27 ans, Marvin Baudry a livré la saison la plus aboutie de sa carrière : désormais installé au poste de défenseur central (42 matchs à ce poste), il a surtout remporté le premier trophée de sa carrière. L’ancien joueur d’Amiens a pleinement participé à la conquête de la Coupe de Belgique, avec 5 matchs comme titulaire. Grâce à ce succès, Zulte-Waregem, 6e et dernier des play-offs, disputera la Ligue Europa, que découvrira le défenseur international.

Pas toujours intraitable cette saison avec son club, Marvin Baudry reste encore un « novice » à ce poste au plus haut niveau, lui qui avait joué à droite lors de la CAN 2015 et lors de sa première saison en Belgique. Il doit encore hausser son niveau pour devenir le leader technique dont a besoin la défense des Diables rouges.

Francis N’Ganga et Charleroi peuvent regretter leur dernière ligne droite manquée (2 points pris lors des 5 dernières journées) et leur 5e place des play-offs. Ils ne disputeront donc pas le tour préliminaire de la Ligue Europa. À titre personnel, le latéral gauche a livré une deuxième saison pleine avec 34 matchs de Jupiler League et 2 en Coupe (39 matchs joués en 2015-2016) et 1 but.

En fin de contrat en juin, l’ancien Tourangeau, arrivé durant l’été 2012, bénéficie d’une option de 2 ans. Si la tendance est à une prolongation, l’international congolais n’est pas contre l’idée de relever un challenge plus compétitif ailleurs. À 32 ans, il pourrait également être tenté de signer un dernier « gros » contrat.

En sélection, la concurrence s’aiguise à son poste avec l’émergence de Badila et la présence de Bouka Moutou, mais sa polyvalence (en défense centrale et comme arrière droit) joue en sa faveur.

Arrivé à Westerlo sur la pointe des pieds, après une saison sans relief en Turquie (5 buts et 1 passe décisive en 16 matchs de 2e division), Silvère Ganvoula est rapidement devenu l’une des révélations de la Jupiler League. Au sein d’une équipe à la peine, et reléguée en fin de saison, l’ancien attaquant du Patronage Sainte-Anne fait parler sa puissance et sa générosité à la pointe de l’attaque du KVCW.

Remarqué par ses prestations et ses buts (6 réalisations entre juillet et décembre), il brille, le 25 janvier, face à Anderlecht avec un but. Dans la foulée, les Mauves lui proposent un contrat de quatre ans. Et le prêtent à Westerlo jusqu’à la fin de la saison. Il ajoute 3 buts pour un total de 9 réalisations et 2 passes décisives en 26 matchs de championnat. Mais ne peut empêcher la relégation d’une équipe globalement très faible (33 buts marqués, 65 encaissés, 5 victoires, 8 nuls et 17 défaites).

Qu’importe finalement, car le puissant attaquant de 20 ans évoluera l’an prochain chez le champion 2017 et devrait découvrir la Ligue des champions. Mais auparavant, il devra gagner sa place au sein du club bruxellois, véritable institution du football belge. La tâche ne sera pas aisée, mais Ganvoula a les atouts physiques et techniques pour enflammer le Parc Astrid. À lui de conjuguer rigueur et travail pour y parvenir. Il sera ensuite temps pour lui de se muer en chef de fil de l’attaque congolaise. Son association avec Bifouma pourra alors donner le tournis à de nombreuses défenses africaines.

Belgique/2e division (Maël Lépicier/Jordan Massengo/Yannick Loemba)

Vainqueurs de la phase aller du championnat de 2e division, Roulers et son capitaine, Maël Lépicier ont échoué en barrages, face à Antwerp. C’est donc l’ancien club du cousin de Jo-Wilfried Tsonga qui est monté en 1re division.

Ensuite, avec 7 défaites, 1 nul et 2 victoires lors des play-offs 2 (qualificatifs pour un barrage d’accession en Ligue Europa), Roulers a vécu une fin de saison morose. Pour le gaucher de 31 ans, le bilan est contrasté en raison, comme souvent ces dernières saisons, d’une blessure au mollet qui l’a tenu écarté des terrains du 6 novembre au 5 mars. Capitaine lorsqu’il est apte à jouer, il cumule tout de même 4 buts en 12 matchs de saison régulière (dont 8 comme milieu défensif), 1 match de barrage, 10 matchs de play-offs 2 (1 but) et 2 matchs de Coupe de Belgique (1 but).

S’il a régulièrement joué depuis son retour, le 11 mars, il n’a pour autant pas été appelé par Sébastien Migné, le sélectionneur national, qui ne semble pas convaincu par son profil (son manque de vitesse notamment). Sous contrat jusqu’en juin 2018, il aura, la saison, prochaine l’occasion de faire changer d’avis le sélectionneur. À condition que son corps le laisse tranquille.

Après une saison régulière passable (20 matchs joués, dont 16 comme titulaire, 1 passe décisive), Jordan Massengo a donné toute sa mesure lors des play-offs 2 (10 matchs joués). Si son club, l’Union-Saint-Gilloise (4e du tournoi d’ouverture, 6e du tournoi de fermeture), a démarré les play-offs pied au plancher (3 victoires et 1 nul), la suite a été plus compliquée (6 défaites), pour une place finale de 5e (sur 6) du groupe A, avec 10 points.

Le milieu défensif formé (comme milieu offensif) à Istres n’en a pas moins marqué les esprits, face à des clubs de première division, par son abattage et son aisance technique. Espérons que ce soit suffisant pour avoir attiser les convoitises. Car, en fin de contrat en juin, Massengo, 27 ans, doit désormais poursuivre sa progression dans une première division européenne. Cela lui permettrait d’asseoir son statut de titulaire devant la défense en sélection. Lancé à ce poste par Pierre Lechantre, avec réussite, il a réussi, à Lisses, à convaincre Sébastien Migné de lui donner sa chance à Kinshasa. Plus efficace qu’Oniangué et Ndinga à la récupération, il doit s’imposer sur la durée.

Attaquant polyvalent, capable de jouer à tous les postes offensifs, Yannick Loemba a été prêté, en septembre, par Ostende à Louvain pour gagner en temps de jeu. À ce niveau, le Brazzavillois a rempli son objectif avec 27 matchs joués (17 comme titulaire), 3 buts et 4 passes décisives. Il a contribué au maintien, in extremis, de l’OHL en barrage.

Mais au vu de son potentiel technique indéniable, sa ligne de statistique ne peut satisfaire les observateurs et peut expliquer son absence en sélection. À 27 ans, Loemba, en fin de contrat à Ostende, doit faire mieux. Lorsque l’on connaît son aisance technique, des deux pieds, on ne peut qu’attendre plus de sa part.

Camille Delourme

 

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Résoudre : *
26 × 24 =